Voyage au Rwanda : jour 4

Dimanche et lundi

Bev and family

Avant de commencer à parler du dimanche, laissez-moi vous raconter quelque chose de très significatif qui s’est passé samedi. Alors que nous étions dans la maison de Boniflid, nous lui avons remis un petit cadeau, puis Bev a donné au fils de cette dernière un ballon de soccer accompagné d’une pompe et d’un embout de gonflage. Bravo, Bev ! Bien joué !

Samedi soir, j’ai rencontré le nouveau secrétaire général de l’Église baptiste du Rwanda. Comme ces églises sont affiliées aux Ministères Baptistes Canadiens, nous avons découvert avoir beaucoup de connaissances en commun. Nous avons eu une conversation très agréable, alors qu’il me préparait à prêcher, le lendemain matin.

Le service a commencé à 10 h 30 et s’est poursuivi jusqu’à environ 12 h 45. Ces gens chantent et dansent de façon incroyable. Je n’arrivais pas à croire leur sens presque inné du rythme. Si vous pensez déceler de la jalousie de ma part, vous avez probablement raison parce que dans mon cas, c’est déjà un exploit que je puisse marcher et mâcher de la gomme en même temps !

J’étais très mal à l’aise à l’idée de prêcher par l’entremise d’un interprète, mais Dominique a fait un travail formidable. La réaction m’a plu et je choisis de croire que les gens réagissaient au sermon que j’avais préparé et non à un autre que Dominique inventait à mesure que je parlais. Est-ce que je refuse d’admettre les faits ! ?

On nous a dit que deux députés fréquentent cette église, l’un d’eux venant tout juste de remporter une élection partielle et étant présent. Le gouverneur d’un état du Nord assistait également au culte avec nous. Il ne peut pas y assister tous les dimanches, habitant à deux heures et demie de route de là. (Ouah ! Et moi qui me plains d’avoir un pâté de maisons et demi à marcher pour me rendre à mon église !) Après le culte, nous avons eu l’occasion de les voir et de bavarder avec eux.

Dire que la journée de lundi a commencé tôt serait peu dire. Je me suis réveillé à 4 h 30 (c’est bien ça, du matin !), pris le déjeuner à 5 h 30, puis suis parti à destination du parc national de l’Akagera à 6 h.

Biking with bananas

Avant d’écrire à propos du parc même, permettez-moi de formuler quelques observations générales sur la vie au Rwanda. De chaque côté de la route, il y avait de longues files de piétons et de cyclistes. Certains allaient chercher l’eau pour la journée, dans des bidons de plastique de 22 litres. Beaucoup transportaient des paquets sur leur tête : fagots de bois pour la cuisson, sacs de farine de maïs, bananes. Les bicyclettes étaient en fait des camions à deux roues servant à transporter toutes sortes de choses. Nous avons vu jusqu’à trois personnes pousser des bicyclettes en haut des pentes, la charge étant si lourde. Il y avait des enfants en route vers l’école. Nous avons également vu beaucoup de bicyclettes taxis. Beaucoup de motocyclettes servaient aussi de taxis. Les conducteurs portaient un gilet publicitaire, annonçant surtout Tigo, le service cellulaire local. Certaines bicyclettes transportaient jusqu’à trois énormes régimes de bananes qui rapporteraient, nous a-t-on dit, environ 4 000 francs rwandais au marché. Avant de trop vous enthousiasmer, disons que cela équivaut à environ huit dollars. Beaucoup de travail contre très peu d’argent.

Notre guide s’appelait Charles, et il me semblait très familier. Je lui ai demandé s’il travaillait là en 2007, lors de mon premier voyage au Rwanda, et il m’a dit travailler à l’Akagera depuis 15 ans. J’ai fouillé dans mes anciennes photos et, effectivement, c’était le même homme !

Baboon

Nous avons vu des buffles d'Afrique, des girafes, des singes, des impalas et beaucoup, beaucoup de babouins. Nous avons vu un certain nombre de mamans portant un bébé sur leur ventre. Ai-je dit que nous avons vu des babouins ?

Nous avons également vu l’animal le plus dangereux d’Afrique, un animal qui tue chaque année plus de gens que tout autre, sur ce continent. Je ne parle pas du lion ni du léopard, mais bien de l’hippopotame. Les hippopotames sont herbivores. Avez-vous déjà remarqué à quel point ils sont lourds ? Voilà ce qui peut vous arriver si vous mangez seulement de la salade !

Lisez à propos de notre visite au bureau de la Société biblique du Rwanda, dans notre entrée de blogue suivante, voyage au Rwanda : jour 5.

Author Photo: 

Len Bachiu

À propos de l'auteur : 

M. Len Bachiu est directeur de la promotion de l'œuvre biblique, au Manitoba et en Saskatchewan. Il aime écrire et faire part de ses expériences sur son blogue intitulé Keeping the Son in My Eyes (keepingthesoninmyeyes.wordpress.com).