Blogue

 

La traduction de la Bible a toujours été très importante, pour le corps du Christ. Depuis les jours où les scribes transcrivaient des lettres et des parties de la Bible, jusqu’à l’invention de la presse à imprimer de Gutenberg, puis au travail de traduction de l’ère moderne qu’effectue l’Institut d’édition assistée par ordinateur (ICAP), des chrétiens de divers pays ont contribué à cette œuvre en rendant la Parole de Dieu accessible en de nombreuses langues.

Lire la suite de Trois façons d’appuyer la traduction biblique

La Sainte Bible est le livre le plus célèbre de l’histoire. Rien au monde n’est comparable : elle a le pouvoir de sauver les gens. (Romains 1,16)

Lire la suite de La Bible et le résumé graphique du monde

Nous entreprendrons demain matin notre dernière journée du parcours et, grâce à Dieu, nous allons atteindre et conquérir la colline Signal. Un nom qui semble présager quelque chose. Certains d’entre nous sont des cyclistes beaucoup plus accomplis que moi et ils ont hâte de relever le défi. Quant à moi, je termine ma sixième décennie et j’espère ne pas me rendre plus ridicule que ce n’est déjà fait !

Lire la suite de Réflexions avant le départ

Cela ne fait pas la manchette comme une prise d’otage et n’attire pas non plus l’attention comme un lock-out de la LNH, mais le monde a changé. Vraiment ? Je n’avais pas remarqué. C’est parce que certains des événements qui changent le monde ne sont pas tout de suite évidents, comme le raconte la petite histoire suivante.

Lire la suite de Le monde change

Pour des millions de personnes, la bonne nouvelle de Jésus reste un livre incompréhensible. Ces gens n’ont pas accès, dans leur langue, au message biblique qui pourrait transformer leur vie. Ils doivent plutôt s’efforcer de comprendre la Parole de Dieu dans une langue étrangère.

Cela pourrait donner à peu près l’impression suivante :

Kar Dieu a tan aimai le monte kil a dôné son fisse unik, pourre ke kikonke mait ssa f-oi an luy ne se perrede pâs, mès ê la vi aéthernelle.

Jean 3,16

Lire la suite de Pourquoi traduire la Bible ?

Voici quelques récits et mises à jour sur la façon dont Dieu est à l’œuvre au Canada et aux alentours. Nous nous réjouissons que votre générosité nous permette de poursuivre l’œuvre de traduction et de distribution de la Bible et d’interaction avec cette dernière.

Nous avons récemment reçu une lettre de Marie-Claire Lemieux, une jeune enseignante en poste à Akulivik, au Québec. Alors qu’elle amorçait sa carrière dans cette collectivité inuite éloignée, elle a ressenti un besoin irrésistible de former un groupe d’étude biblique en compagnie d’adolescentes de son école. De dire Marie-Claire : « Merci de vos prières. Je suis tellement heureuse et reconnaissante, treize filles s’étant réunies dans ma maison, lundi, pour la deuxième semaine d’étude biblique. Même en si peu de temps, le désir qu’ont ces adolescentes d’apprendre à propos de Dieu s’est avéré une telle bénédiction ! Il est presque incroyable que la population inuite n’ait que récemment pu lire l’Ancien Testament dans sa propre langue. C’est en effet en mai 2012, après 34 années de travail, que la Société biblique canadienne a terminé la traduction de la Bible en écriture syllabique, la forme écrite de l’inuktitut. »

Lire la suite de Bulletin électronique de la SBC

Nous sommes assis à l’Aéroport international Lester B. Pearson-Toronto, en attendant notre vol à destination d’Amsterdam. Ce matin, nous avons passé un peu de temps à réfléchir à ce que le voyage nous réserve. Voyez les vidéos pour savoir à quoi s’attendent notre donateur et nos donatrices. Priez que Dieu réponde à nos attentes et même les dépasse toutes.

Lire la suite de Voyage au Rwanda : jour 1

L'équipe du Rwanda, à l'aéroport

Nous sommes arrivés à l’aéroport international de Kigali à environ 19 h, heure locale, soit 11 h du matin à Saskatoon. Vous pouvez faire les calculs quant aux autres régions du pays. Nous avons passé environ 19 heures soit en avion, soit à attendre dans des aéroports. Pas étonnant que je sois fatigué. Demain, le volet Rwanda de l’aventure va commencer, mais je voudrais auparavant décrire un peu de mes premières impressions, à l’arrivée.

Je suis venu à Kigali en 2007, et bien des choses ont changé durant cet intervalle de six ans. Tout d’abord, la population a presque doublé, passant d’environ 750 000 habitants à près de 1,3 million. Ouah ! En 2007, il y avait très peu de véhicules personnels dans les rues : on y voyait surtout des autobus et des camions. Aujourd’hui, Kigali présente à peu près la même densité de circulation que toute ville occidentale de taille semblable. En 2007, il n’y avait aucun feu de circulation fonctionnel ; ce soir, en route vers l’hôtel, nous en avons vu deux et de nombreux carrefours giratoires. Nous sommes à l’hôtel Lemigo, où c’est très confortable. J’ai une moustiquaire au-dessus de mon lit. J’ai aussi commencé à prendre mes comprimés contre la malaria.

Lire la suite de Voyage au Rwanda : jour 2

« [La Bible] revêt une profonde valeur… pour des hommes qui traversent leurs moments les plus difficiles. »
~ Le rév. C.W. Gordon (Ralph Connor), auteur et aumônier des Forces armées canadiennes

Le 11 novembre, la Société biblique canadienne se souvient.

Nous nous souvenons de la force et du courage des membres des Forces armées canadiennes qui sont morts au combat.

Lire la suite de Opération Bible : des baïonnettes, des balles et de l’espoir

L'équipe du Rwanda

Aujourd’hui est notre première journée complète au Rwanda, et nous sommes partis du bon pied. David Nkurunziza, le directeur des initiatives chez la Société biblique du Rwanda, nous a en effet amenés voir un emplacement de l’initiative Elle est ma sœur et le centre commémoratif du génocide. Si je suivais l’horaire, je parlerais d’abord d’Elle est ma sœur, mais il vaut mieux inverser les visites.

En 1994, on a massacré entre 700 000 et 1 000 000 de personnes pour débarrasser le pays de sa minorité tutsie. Nous avons passé deux ou trois heures au centre commémoratif du génocide, à lire des renseignements et à regarder des photos de ce chapitre sanglant de l’histoire du Rwanda. C’est l’une des expériences les plus troublantes que j’aie jamais vécues. Nous avons lu comment on a dépersonnalisé les Tutsis en les traitant encore et encore de coquerelles, dans les médias populaires. Nous avons vu des photos horrifiantes de nombreuses victimes et nous sommes allés dans une pièce où quatre coffres en verre contiennent des crânes et des fémurs humains. Une pièce renfermait seulement des photos de victimes et une autre, des effets personnels récupérés dans des endroits où des victimes se sont fait massacrer. Nous avons vu des fosses communes lesquelles, nous a-t-on dit, renferment les restes de plus de 250 000 victimes. Pouvait-il y avoir pire ? Réponse : un OUI retentissant !

Lire la suite de Voyage au Rwanda : jour 3

Pages