La traduction des Saintes Écritures : un concept chrétien clé

La traduction des Saintes Écritures : un concept chrétien clé

M. Hart Wiens croit fermement en l’immense valeur de la traduction biblique

« Traduire, c’est participer au plan de Dieu visant à rejoindre toutes les nations », déclare M. Hart Wiens, le directeur de la traduction biblique chez la Société biblique canadienne (SBC).

Ce dernier est convaincu de l’impact formidable que la traduction biblique a eu sur la propagation de la foi chrétienne. « Là où des missionnaires ont pris le temps d’apprendre la langue et la culture puis de traduire les Saintes Écritures, l’Église s’est avérée forte et dynamique. Là où ils ont voulu prendre des raccourcis, elle a été moins forte », dit-il.

Pourquoi le travail de la traduction biblique est-il important ? M. Wiens ramène la question à un récit déterminant du chapitre 2 du livre des Actes, où des gens venus de tous les coins du monde s’étaient réunis pour adorer. Il s’est soudainement produit une agitation et tout le monde a entendu des étrangers leur parler dans leur propre langue. Qu’est-ce que cela veut dire ?

« Pour moi, en tant que traducteur, un des messages de ce chapitre est que Dieu veut que tous entendent ce qu’il a fait, dans leur propre langue. C’était un message important pour l’Église naissante. C’était la fondation de l’Église, le moment de la faire passer du sentiment des Juifs en tant que nation exclusive, vers une vision plus approfondie de l’appel d’Abraham, par l’entremise duquel toutes les nations seraient bénies. »

Voilà qui explique pourquoi M. Wiens a consacré sa vie à ce travail. « L’idée de traduire la Parole de Dieu en d’autres langues est un concept exclusivement chrétien. La chrétienté se fonde sur la traduction, l’incarnation de Jésus-Christ étant la traduction ultime. L’idée inhérente est que Dieu communique grâce à la diversité qu’il a créée. »

Ce n’est pas seulement une question de religion. Le travail des traducteurs engendre de l’alphabétisation et d’autres avantages. « Selon mon expérience et mes lectures, rien n’a autant suscité le désir de lire chez les gens que celui d’apprendre les Saintes Écritures. En plus de contribuer à notre foi, l’apport à l’éducation et au désir d’apprendre et de se développer chez les gens est formidable en soi.

Child reading Bible

Rien n’a autant contribué à l’alphabétisation que le désir de lire les Saintes Écritures. »

C’est cette conviction qui a orienté la carrière de M. Wiens. Depuis 17 ans, il dirige les traductions en langues autochtones que la SBC effectue, au Canada, et il veille à l’assurance de la qualité dans ce domaine. Il dirige aussi un bureau qui joue un rôle grandissant dans l’élaboration et la mise en œuvre d’un soutien informatique en matière de traduction, de par le monde.

M. Wiens a antérieurement passé 19 ans aux Philippines, pour le compte de Wycliffe, où il a entrepris une initiative de traduction dans une communauté isolée, puis est allé s’occuper d’administration. Outre son travail chez la Société biblique, il est président du conseil de l'Association Wycliffe pour la traduction de la Bible du Canada.

« La Bible a transformé ma vie et l’histoire de ma famille. Ce livre peut apporter une saine transformation à des gens et à des groupes ethniques », dit-il. « La Bible est une narration qui traite d’un royaume où Dieu va finir par rétablir la création, rassembler les gens et restaurer le monde à l’état qu’il avait initialement voulu. C’est une vision irrésistible et motivante. »

Source : Christian Week, numéro de mai 2010