Une nouvelle Société biblique chez un tout nouveau pays

Une nouvelle Société biblique chez un tout nouveau pays

Le Soudan du Sud, lequel s’est séparé du Soudan pour devenir le plus récent pays du monde, possède maintenant sa propre Société biblique. Officiellement inscrite depuis le 24 janvier, la Société biblique du Soudan du Sud travaille déjà dur à desservir les besoins, en matière de Saintes Écritures, d’un pays qui affronte d’énormes défis.

Ce mois-ci, par exemple, conjointement avec la Société biblique américaine, elle a tenu un atelier qui visait à munir des leaders d’églises et autres personnes des compétences dont ils ont besoin en matière de counseling post-traumatique, une œuvre bien nécessaire dans un pays ravagé par deux décennies de guerre civile.

Les conflits violents sont loin d’être terminés, au Soudan du Sud : il y a des troubles le long des frontières, et les violents affrontements entre groupes ethniques s’intensifient, faisant des milliers de morts et bien plus de sans-abri.

Un pays qui ne connaît toujours pas la paix

« Notre nouvelle nation ne connaît toujours pas la paix, ni à l’intérieur ni à l’extérieur de ses frontières », commente le secrétaire général de la Société biblique, M. Edward Kajivora. « Les conflits internes ne sont pas nouveaux : les tribus se sont toujours battues quant au bétail, lequel est précieux dans notre société. »

« La guerre civile, qui a duré 21 ans, a cependant permis à bien des gens du Soudan du Sud d’obtenir des armes, de sorte que les combats sont devenus plus meurtriers et plus difficiles à maîtriser pour le gouvernement. Les pires affrontements se produisent entre les Lou-Nuer et les Mourles, qui se mutilent et s’entretuent, volant du bétail, enlevant des femmes et des enfants et brûlant des villages entiers. »

« Ce cycle de violence ne fera qu’empirer à moins qu’on ne prenne des mesures draconiennes. Le conseil chrétien des églises fait de son mieux pour amener la réconciliation, en parlant aux deux parties et en tentant de mettre fin aux attaques. Tout le monde, au Soudan du Sud, s’en préoccupe et des églises tiennent des réunions de prières spéciales. »

Visiter les blessés

« À titre de Société biblique, nous visitons les blessés, à l’hôpital de Juba. Nous prions et parlons avec eux et tentons de les réconforter. Ils nous sourient et nous remercient toujours. Un homme nous a confié avoir entendu parler de Jésus à l’église, mais que c’est seulement durant cette période difficile qu’il en est vraiment venu à le connaître. »

« Nous lui avons demandé s’il avait lu la Bible, mais il a répondu ne pas savoir lire. Cela n’est pas surprenant : le taux d’analphabétisme dépasse ici 80 pour cent. Les années de guerre ont en effet privé d’éducation toute une génération. Aujourd’hui, nos jeunes errent sans but dans les rues et se laissent facilement séduire par la criminalité. Ils ont besoin d’orientation, de soutien et de possibilités. »

Des circonstances éprouvantes

David Hammond, qui coordonne le travail de l’ABU en Afrique, déclare : « La Société biblique du Soudan du Sud travaille dur au milieu de circonstances éprouvantes, son bureau se trouvant dans un entrepôt endommagé par des bombes, sans électricité ni accès à l’Internet. Elle a besoin de locaux appropriés, d’un approvisionnement régulier quant aux Saintes Écritures, de panneaux solaires, d’un véhicule, et de bien d’autres choses encore. »

« Veuillez prier que ces choses se mettent en place, pour que nous puissions aller de l’avant et réaliser notre rêve d’élaborer l’œuvre biblique dans ce pays naissant. »

Source : Alliance biblique universelle