Guérison des traumatismes vécus par des réfugiés et des chrétiens persécutés

Selon le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), il y avait, en 2017, quelque 22,5 millions de réfugiés dans le monde.* La plupart de ces gens proviennent du Soudan du Sud, de l’Afghanistan et de la Syrie. Ils sont maintenant éparpillés dans des pays d’accueil un peu partout dans le monde, dont au Canada.

Des milliers de personnes doivent tous les jours quitter leur domicile et tous leurs biens et s’enfuir à cause de circonstances qui menacent leur vie, leur sécurité et leur liberté de religion. Malheureusement, ces réfugiés font alors face à diverses difficultés qui mettent à l’épreuve leur endurance aux points de vue physique, mental et émotif. Ces gens ont désespérément besoin d’espoir, d’encouragement et d’assurance d’une vie meilleure.

La Parole de Dieu peut répondre à ces besoins et bien plus encore ! Voilà pourquoi les sociétés bibliques de l’Autriche, d’Israël, de la Jordanie, du Liban et de la Syrie s’efforcent de rejoindre les réfugiés qui se trouvent dans leur pays, en collaboration avec la Société biblique canadienne. Non seulement offrent-elles la Bible dans la langue du cœur des gens, mais aussi des séances de guérison des traumatismes, initiant ces personnes à la Parole de guérison de Dieu.

Jordanie : le récit d’Amal

Amal**, âgée de 12 ans, a grandi à Damas, en Syrie. La guerre est cependant venue fracasser son enfance heureuse. Quand la violence a éclaté, l’oncle d’Amal s’est fait tuer, pris entre deux feux, son cadavre gisant dans la rue. Une bombe ayant détruit la moitié de la maison, la mère d’Amal était terrifiée à l’idée que le reste de la bâtisse s’écroule sur eux. Quand des bombes chimiques ont commencé à tomber, la famille a fui à Madaba, en Jordanie.

Bien qu’ils aient finalement été en sécurité, Amal, ses frères et ses sœurs étaient profondément traumatisés : les grands bruits et le passage des avions, au-dessus de leur tête, les terrifiaient. Son grand frère avait trop peur pour fréquenter l’école. Ils dormaient à peine.

C’est alors qu’Amal et ses frères et sœurs ont assisté à un atelier de guérison des traumatismes offert par la société biblique locale, et que la vie a commencé à changer. Nos bénévoles compétents ont aidé Amal à affronter ses peurs. Ils lui ont expliqué que Jésus l’aime, l’ont encouragée et lui ont parlé de la Bible. Les cicatrices émotives de la jeune fille sont en train de guérir.

« Cette guérison a sorti les enfants d’une situation de peur pour les amener à une situation de réconfort. Les enfants ont commencé à s’aimer de nouveau. Ils dorment bien. Je suis tellement heureuse de les voir jouer et de les entendre chanter », déclare Wedad, la mère d’Amal.

En 2016, 3 000 familles ont assisté à des ateliers bibliques de guérison des traumatismes, en Jordanie. Le pasteur Amjad, un des bénévoles de la Société biblique, dit qu’à leur arrivée, ces enfants étaient animés d’un désir de vengeance et qu’il y avait beaucoup de fusils dans leurs dessins. À la fin des ateliers, ils ont dessiné des enfants qui se tenaient par la main.

Syrie : le récit de Youssef

Avant la guerre, c’était une famille chrétienne ordinaire. Youssef*, âgé de 46 ans, exploitait une imprimerie. Quand les combats ont atteint Alep, leur domicile s’est retrouvé au front. Il tombait tous les jours des bombes et chaque matin, Youssef se demandait si tous les membres de sa famille seraient toujours vivants, à la tombée de la nuit.

Youssef aime sa patrie, mais dit-il : « J’ai su devoir trouver une façon de quitter la Syrie quand mon fils de cinq ans a vu un soldat de l’État islamique tuer un homme, dans la rue. »

Entassant sa famille dans la voiture, Youssef s’est enfui en apportant seulement leurs documents, dans un sac. À leur arrivée à une maison de passeurs, l’auto était criblée de balles.

En cette période de crise, des gens se tournent vers la Parole de Dieu. Aujourd’hui, alors que des milliers de familles de réfugiés arrivent au Canada, ces gens-là aussi ont besoin de la Parole et de la protection de Dieu.

La Société biblique croit que la Bible peut catalyser le changement, dans l’ensemble du Moyen-Orient. Devant la brutalité des extrémistes, nous voyons des gens être attirés par un autre message, celui de l’amour, de la bonté et du pardon.

Faites part de la Parole de Dieu à des réfugiés en fuite.

  • 25 $ procureront des ressources bibliques à trois familles de réfugiés, au Canada.
  • 30 $ permettront de remettre une Bible à trois enfants traumatisés, comme Amal.
  • 50 $ procureront des ressources bibliques à six familles de réfugiés, au Canada.
  • 75 $ permettront de soutenir nos collègues en Syrie, alors qu’ils risquent tout pour faire part des Saintes Écritures, là-bas.
  • 100 $ fourniront un manuel de guérison des traumatismes à un animateur et des livrets bibliques à 15 enfants.

Aidez-nous à faire part de la Parole de Dieu à des réfugiés et à des chrétiens persécutés en Syrie, en Jordanie, en Israël, en Autriche et au Canada.


Une jeune Syrienne transporte des bidons d’eau au camp de réfugiés de Zaatari, en Jordanie, où se trouvent plus de 120 000 réfugiés syriens. La Société biblique jordanienne aide des centaines de réfugiés, qui vivent à l’extérieur des camps, en leur offrant des trousses d’assistance et du soutien émotionnel. (Photo : Société biblique danoise, Synne Garff, Lotte Lyng)


Jean 3,16 : « Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, pour que quiconque met sa foi en lui ne se perde pas, mais ait la vie éternelle. »


* Source : Annuaire statistique du CDH – Aperçu statistique, http://www.unhcr.org/fr/apercu-statistique.html
** Nous avons changé le nom pour protéger la vie privée.