La Bible est ma ligne de sauvetage

Je m’appelle Crystal* et je suis incarcérée au *centre correctionnel pour femmes. J’ai 29 ans et cinq merveilleux enfants. J’ai grandi dans un monde de mauvais traitements, d’alcool, de drogue et de crime. La peur et la souffrance étaient mes seules compagnes et me sentir bonne à rien était une émotion normale pour moi.

Ce mode de vie étant le seul que j’aie connu, je l’ai en partie enseigné à mes enfants également. Mon plus jeune a cinq mois et mon plus vieux, huit ans. Je n’avais aucune idée de ce que je faisais à mes enfants. J’avais entendu parler de Dieu et de Jésus, mais je pensais que c’était un conte de fées qui ne servait qu’à donner aux gens l’impression que leur vie a un sens. Toute ma vie, j’ai pensé qu’il devait y avoir plus que des blessures, de la douleur et de la souffrance, mais chaque fois que je ressentais une lueur d’espoir, cette dernière s’éteignait et disparaissait aussi vite qu’elle était apparue.

J’ai été aux prises à des dépendances en tous genres depuis l’âge de 11 ans. Toutes sortes de médecins m’ont dit que pour changer, il faut le vouloir ! C’est FAUX !

J’ai essayé de changer moi-même durant près de trois ans, mais peu importe ce que je faisais ou à quel point j’essayais, j’échouais sans cesse !

Finalement, juste avant Noël, après la naissance de mon fils, on m’a pris mes enfants pour les placer en foyers nourriciers, pendant six mois. J’ai abandonné ! Ma dépendance au crack était tout simplement trop forte. J’avais tout perdu et, en moins d’un mois, j’avais tellement empiré que je ne savais même plus quel mois c’était. Je peux honnêtement dire qu’à ce moment de ma vie, j’espérais mourir. J’ai sombré dans la criminalité comme jamais auparavant. Pour satisfaire ma dépendance, je faisais des choses que je n’avais jamais imaginées.

Je me suis tout à coup retrouvée ici, en prison ! Je ne me souviens pas de grand-chose quant aux premières semaines de mon séjour ici, mais je sais que d’une façon quelconque, à un certain moment de ces premières semaines de janvier, j’ai eu la Bible Vers la liberté ! Les mots ne peuvent décrire ce qui m’est arrivé et ce qui continue de m’arriver depuis ! Jésus-Christ, mon Seigneur et mon Sauveur, a décidé qu’il était temps de me guérir… moi, imaginez ! Au moment où je n’avais plus rien et où j’étais brisée, quand personne ne voulait plus rien savoir de moi parce que j’étais sans espoir… le Seigneur m’a entouré, m’a montré un amour que je ne savais même pas pouvoir exister, et m’a donné du repos. Il m’a procuré la vie comme jamais auparavant et il me bénit de toutes sortes de façons ! Il a opéré des miracles autour de moi, pour moi, par mon entremise et avec moi ! Le seul livre que je lis encore et encore est ma Bible… mon chemin Vers la liberté. Ces trois derniers mois de mon séjour ici, en prison, j’ai vu des femmes et des membres du personnel de toutes les couches de la société venir à Dieu grâce à la Bible Vers la liberté.

Quelqu’un m’a dit, il n’y a pas très longtemps, que si la Bible d’une personne tombe en lambeaux, cela signifie généralement que la vie de cette personne est solide. Ma Bible ne tombe pas en lambeaux… du moins pas encore, mais elle montre assurément des signes d’usure ! Je voudrais simplement remercier tous ceux et celles d’entre vous qui ont participé d’une façon quelconque aux étapes qu’a exigées la production de la Bible Vers la liberté.

La Bible est ma ligne de sauvetage, et vous ne pouvez imaginer ce que signifie pour moi le fait d’avoir une Bible conçue spécialement pour moi. Alors, merci à tous, que Dieu vous bénisse et puisse le Seigneur toujours vous accorder la paix et le repos comme il a fait pour moi.

Oh ! Je voulais vous mentionner que c’est en tombant sur le psaume 88 que je m’en suis remise au Seigneur.

Merci !

(*) Nous avons omis certaines parties de la lettre pour protéger la vie privée de la personne.