Témoignages

Si vous avez, vous aussi, une histoire à raconter, nous voulons la publier! Écrivez-nous votre histoire de vie transformée par la Parole de Dieu dans la fenêtre ci-dessous.

 
Kettia

Kettia a grandi dans une famille chrétienne, mais ce n’est qu’à l’âge de 12 ans qu’elle a décidé de croire en Dieu. « C’est la meilleure décision que j’aie jamais prise. Le fait de connaître Jésus a changé ma vie ! », déclare-t-elle.

En découvrant les talents que Dieu lui a donnés, Kettia a pu servir de bien des façons au sein de son église, non seulement comme leader jeunesse, coordonnatrice d’événements et enseignante d’école du dimanche, mais aussi comme directrice d’un chœur gospel très apprécié qui se produit dans le cadre de divers événements, au grand plaisir des auditoires. Pour Kettia, il est essentiel de demander à Dieu de nous révéler son plan quant à notre vie si nous voulons accomplir notre raison d’être !

Lire la suite de Kettia : La meilleure décision de sa vie

Andréanne

Andréanne est une artiste chrétienne dont la musique témoigne de sa passion, de son amour et de sa foi profonde en Dieu. Jeune fille, elle posait souvent des questions à Dieu, sous forme de chansons. Elle lui parle toujours ainsi, sauf qu’elle le fait maintenant sur des scènes de spectacle.

Andréanne avait cinq ans quand elle a vécu une expérience qui a changé sa vie : un soir, après avoir entendu le fameux verset de Jean 3,16 durant une émission télévisée, elle a demandé à Dieu de venir dans son cœur. Elle a alors su qu’il ne la délaisserait jamais et qu’elle pourrait toujours se tourner vers lui en prière, chaque fois qu’elle en aurait besoin. « J'aime dire à Dieu : “Parle-moi, j'écoute”, et ensuite je lui parle comme à un ami», nous a-t-elle confié en ses propres mots.

Lire la suite de Andréanne : Je chante pour Dieu !

J'ai grandi en Chine, dans une famille chinoise traditionnelle, dans une magnifique ville côtière appelée Amoy. Quand j'avais neuf ans, une nouvelle famille étrangère a emménagé dans notre quartier. La mère était russe et le père, italien, et les deux parlaient couramment l’anglais. Leur jolie fille, Xia Li (son nom signifie « été ») avait deux ans de moins que moi.

Au solstice d'hiver, soit deux jours avant Noël, mes parents m'ont demandé d’apporter deux sacs de dumplings sucrés à ces voisins étrangers. C'est une tradition chez nous de manger des dumplings sucrés ce jour-là, et mes parents ont pensé que ce serait une façon particulière d’accueillir ces gens. La mère de Xia nous a ouvert la porte, à moi et à mon amie Min, que j’avais amenée. « C’est très gentil de ta famille », a-t-elle dit. Elle nous a invitées à entrer et, pendant que nous jouions avec Xia, elle nous a offert des biscuits maison et du chocolat chaud.

Lire la suite de Connaître Dieu, grâce à mon premier livre d’histoires de la Bible

La Société biblique canadienne (SBC), en partenariat avec Welcome Home Refugee House, fournit la Parole de Dieu à de nouveaux arrivants, au Canada. Sharon Schmidt, directrice chez Welcome Home, nous a récemment transmis le compte rendu suivant.

Aasim* est un réfugié iranien qui a passé 12 ans en Grèce, dans l’espoir d’y obtenir le statut de réfugié et de s’y établir. En novembre 2011, après avoir épuisé tous les recours possibles, il a fui au Canada.

Né d’une famille musulmane, Aasim est devenu chrétien après avoir quitté l’Iran. Personne ne lui avait jamais parlé de la Bonne Nouvelle, jusqu’à ce qu’il arrive dans un pays où l’on peut en parler ouvertement. Il ne pouvait cependant plus retourner dans son propre pays, étant donné sa nouvelle foi.

Lire la suite de Un réfugié trouve la Parole de Dieu chez son nouveau domicile

Enid Barrett

Une femme âgée atteinte du cancer est assise dans la salle d’attente, au centre d’oncologie Dr. H. Bliss Murphy Cancer Centre, à St. John's : elle attend de voir son médecin et a du mal à avaler quelques gouttes d’eau.

La surveillant, Enid Barrett, de la municipalité de Bishop's Coves, s’approche, passe ses bras autour d’elle et lui demande : « Qu'est-ce qui ne va pas, ma chère dame ? » Cette dernière répond : « Personne ne se soucie de moi. » Ce à quoi Enid répond : « Moi, je me soucie de vous. Voyez, j’ai un ange d'espoir pour vous. »

Lire la suite de Une Enid enthousiaste

Il y a de cela quelques années, j'ai visité une petite assemblée de Frères dans le sud de l'Angleterre. Un soir, j'ai assisté à une réunion de prière organisée pour appuyer le travail de production et de distribution de Bible de la Société biblique (Royaume-Uni). J'ai demandé si je pouvais dire quelques mots en tant qu’aumônier militaire. Je leur ai montré un exemplaire de mon Nouveau Testament et Psaumes, en disant : «J'ai le privilège de fournir ces objets spéciaux aux soldats déployés. Après un entretien avec eux, je leur demande de me faire l'honneur de prier pour eux ; je leur demande aussi s’ils ont reçu leur kit spécial, puis je leur remet ensuite une Bible militaire en leur disant que ce qu'ils détiennent là est «la lumière pour aujourd'hui et l'espoir pour demain.» Je leur propose de la sortir quand ils sont dans des endroits sombres et dangereux, pour lire un des passages suggérés à l’arrière. Je leur dis également que Dieu n'a jamais conçu le NT & Psaumes pour arrêter des balles – mais que ça peut arriver ».

Des soldats canadiens reçoivent les Écritures. Au début de la Seconde Guerre mondiale, la Société biblique a commencé a présenté le Nouveau Testament à tous les militaires en service des Forces canadiennes.

Lire la suite de Des Bibles et des balles

Hrishi

Hrishi avait assisté à d’innombrables rencontres de prière, en vue de sa cérémonie d’entrée dans la prêtrise hindoue. Il avait passé de nombreuses heures à mémoriser d’anciens textes sacrés dont d'autres n’avaient même pas le droit de prononcer les mots. Durant ses deux premières années comme brahmane, il a accompli ses fonctions sacerdotales, mais il se souvient avoir ressenti beaucoup de colère. Voyant les difficultés financières que vivaient ses parents, dans leur nouveau pays qu’est le Canada, il a conclu que le pouvoir de transformation, dans la vie, ne se trouvait pas dans la religion. Le pouvoir, c’était l'argent, et la façon de l’obtenir avait peu d’importance.

À l’âge de 15 ans, Hrishi exploitait un commerce lucratif, en fournissant des téléavertisseurs à des amis ; il s’adonnait à la drogue et faisait un usage abusif d’alcool. Il déclare : « Je fumais comme si j’étais en feu et je buvais comme pour l’éteindre. J’étais l’égoïsme incarné ; je me disputais avec les membres de ma famille, je portais des vêtements genre gangster, je parlais en argot et je cherchais très directement la confrontation. »

Lire la suite de Un nouveau sacerdoce

Pages