Cri de l’Ouest

À propos du cri de l’Ouest

En réalité, le « cri de l’Ouest » n’existe pas. Cependant, on a parfois regroupé les variantes de l’Ouest du cri, actuellement appelées cri des plaines, cri de l’Alberta, cri maskegon et cri des bois, sous l’appellation « cri de l’Ouest ».

À propos de cette traduction-ci

La Société biblique britannique et étrangère a publié une Bible en « cri de l’Ouest », en 1862. Elle avait été traduite par William Masson (un missionnaire travaillant à la maison Norway) et en particulier par sa femme Sophia Thomas Masson (de Red River, dont la mère était crie), grâce à l’aide substantielle offerte par les collègues autochtones qu’étaient John Sinclair et le révérend Henry Bird Steinhauer. C’était la deuxième Bible à être imprimée en une langue autochtone nord-américaine. Elle était imprimée entièrement en écriture syllabique. Cette Bible a plus tard été révisée par l’archidiacre MacKay et Richard Faries. Elle reste en usage dans les communautés cries jusqu’à ce jour. On en demande souvent des exemplaires, mais elle est épuisée depuis plusieurs années. Le texte est maintenant numérisé et on est en train de corriger les erreurs de typographie. La SBC prévoit publier de nouveau cette Bible, une fois le texte prêt.